Commandez en ligne

Commandez en ligne vos textiles de protection 100% fabriqués en France dans notre atelier.

VOTRE Compte

Vos informations et vos commandes en cours.

Nos Consignes d'entretien

Pour conserver toutes les propriétés de vos textiles dans le temps.

Assistant Shopping

Notre nouvel assistant de commande vous propose une sélection de produits, créée spécialement pour vous.

Nos Produits & Services

La Personnalisation

Personnalisez vos peignoirs avec votre logo.

Nos Formes

Découvrez nos 6 formes de protection.

Nos Systèmes de fermeture

Nous vous proposons 4 systèmes de fermeture.

Nos Couleurs & Imprimés

14 couleurs unies & 60 imprimés dans tous les styles.

Nos Matières

Les informations techniques et pratiques concernant nos tissus.

Nos Partenaires & Distributeurs

Nos distributeurs

Découvrez si votre distributeur local vend nos produits.

Nos Partenaires

Les professionnels de la coiffure en qui nous avons confiance.

Contactez-nous

Formulaire de contact

Utilisez notre formulaire de contact pour nous envoyer un message.

Vos questions / Nos réponses

Toutes les réponses aux questions fréquemment posées.

La Maison

L'Histoire

Découvrez l’histoire de la Maison Mina Raine et rencontrez notre équipe.

Presse

Dossiers de presse

Actualités

Notre actualité

Notre actualité et nos promotions en cours.

Nicolas Luis – Les Ciseaux de Nico

Avr 30, 2022 | Témoignages

Nicolas, coiffeur indépendant sur la région parisienne, nous raconte son histoire : sa passion, son parcours, sa vision du métier…

Découvrez le témoignage de Nicolas.

POURQUOI LA COIFFURE ?

Le métier de la coiffure s’est imposé très tôt à moi.
Je me souviens parfaitement lorsque j’accompagnais ma mère là où elle avait ses habitudes : un petit salon de quartier vivant, véritable lieu de rencontre entre les habitants du quartier.

J’ai encore quelques bribes d’un souvenir en particulier : j’étais impressionné par la quantité de cheveux qui tombaient au sol, mais également, et surtout, par la manière dont le coiffeur jouait avec ces ciseaux. Il exécutait une danse parfaitement maîtrisée ! J’ai compris des années plus tard qu’il y avait beaucoup d’esbroufes, mais c’est probablement ce moment-là qui a fait naître ma vocation. Par mimétisme, je tentais de reproduire les mêmes gestes sur les poupées que je subtilisais discrètement à ma sœur lorsque nous rentrions à la maison.

Très rapidement, je compris qu’il me faudrait un métier manuel et créatif, et même si la coiffure semblait être une évidence, j’avais d’autres passions, c’est pourquoi j’ai longtemps hésité entre la coiffure et la cuisine. Arrivé à l’âge de prendre une décision sur la suite de mon parcours, j’ai opté pour la coiffure, laissant la cuisine dans un coin de ma tête.”

QUEL EST VOTRE PARCOURS PROFESSIONNEL ?

À l’âge de 14 ans, après avoir tenté, en vain, d’obtenir un contrat d’apprentissage en coiffure et essuyé des refus souvent dus à mon jeune âge, je me suis résigné à poursuivre dans une autre voie et j’ai intégré un CAP vente.

Dès l’obtention de mon premier CAP, ne préférant prendre aucun risque, mes parents m’ont aidé à entamer les démarches pour que je puisse intégrer une école de coiffure lyonnaise à la rentrée. Cet été a été très long et j’ai attendu la rentrée avec impatience !

Ma première année de CAP et mes premiers pas dans le monde de l’entreprise grâce aux différents stages, m’ont rapidement confortés dans mon choix :  j’avais soif d’apprendre et j’aimais ça ! Les premiers coups de ciseaux, les premières colorations, les premiers brushings… tout pour moi était prétexte à m’émerveiller. Je vivais enfin une part de mon rêve.

Mes professeurs sont parvenus à me transmettre leur passion et leur savoir, si bien qu’au début de ma seconde année de CAP, je me suis lancé dans l’aventure des Meilleurs Apprentis de France. J’ai obtenu une médaille d’or, grâce à 9 mois de préparation intensive.

Mon CAP en poche, je me suis dirigé naturellement vers la préparation de mon Brevet Professionnel. Par chance, j’ai pu rester dans le salon qui m’avait accueilli pour l’intégralité de mes stages durant ma deuxième année de CAP : un salon de la presqu’île lyonnaise, avec une clientèle exigeante, toujours établi comme une institution et reconnu pour la qualité de son travail depuis plus de 50 ans.

C’est à cette époque que j’ai découvert ma passion pour la technique et une fois mon BP obtenu, j’ai été engagé comme technicien dans le second salon de mon employeur, situé dans un hôtel de luxe. Une expérience d’un an, qui m’a enrichi et qui m’a permis de côtoyer une clientèle internationale et différente.

J’ai ressenti le besoin de partir et découvrir d’autres manières de pratiquer le métier.

Après l’obtention d’un certificat de qualification professionnelle en management et un déménagement à Tours, j’ai directement été embauché dans la maison mère d’un groupe implanté dans l’Ouest de la France. Presque deux années après avoir souvent mis de côté les ciseaux pour la technique, j’étais heureux de pouvoir reprendre la coupe.

Après plus de 3 ans, l’opportunité de rejoindre Paris s’est présentée à moi et j’ai décidé de la saisir.
Arrivé en septembre 2016, j’ai multiplié les expériences en un temps record. En un mois, j’avais déjà travaillé dans 2 salons différents et je commençais à travailler pour un troisième début octobre.

En mars 2017, je pris conscience qu’il était temps pour moi de partir à l’aventure, en solo.

J’ai créé ma micro-entreprise le 1ᵉʳ avril de cette année-là.

Désireux de retrouver ma liberté, et par ailleurs, pour retrouver la dimension « sociale » de ce métier où l’on s’occupe surtout de l’apparence, j’ai tout naturellement accepté la proposition de remplacement d’une coiffeuse quittait l’Ehpad où elle intervenait.
Un Ehpad spécialisé, où sont accueillies des personnes atteintes d’Alzheimer ou de maladie cognitives apparentées. La dimension sociale était bien là.
En parallèle, j’ai également rejoint un salon en free-lance pour les fins de semaines, ce qui me permettait de garder un pied dans le monde « classique » de la coiffure.

Je travaille aujourd’hui, depuis 5 ans, pour mon propre compte. J’interviens toujours en Ehpad, mais je ne travaille plus en salon, car ma clientèle à domicile est ma priorité.

QUELLES SONT, SELON VOUS, LES CLÉS DE LA RÉUSSITE ?

Le facteur chance est à considérer dans la réussite, en revanche il est loin d’être le facteur principal.
La passion, la formation, l’envie d’aller plus loin et proposer un travail toujours plus qualitatif, mais également la confiance en soi
, sont les facteurs qui pour moi y contribuent largement.

La rigueur, une bonne gestion et une vision durable, incarnée par une réelle stratégie marketing, peuvent permettre de s’installer dans la durée.

COMMENT VOYEZ-VOUS LE MÉTIER DE LA COIFFURE DANS 10 ANS ?

Le premier virage a déjà été pris : grâce à la révolution numérique, quiconque aujourd’hui est à 2 clics d’un rendez-vous chez un coiffeur. La fidélité a perdu un peu de son sens…

Mais, personne ne pourra cependant numériser la relation que nous décidons d’avoir avec nos clients. À l’heure ou changer de salon se fait en moins d’une minute, la relation et la satisfaction, mais aussi la force de proposition sont pour ma part les points essentiels à mettre en avant et à travailler quotidiennement pour améliorer la fidélisation.

D’un point de vue écologique, les marques devront amplifier leurs recherches afin d’obtenir des formules moins nocives pour les coiffeurs mais aussi pour l’environnement, de leur fabrication à leur rejet. Réduire les déchets physiques en proposant, par exemple, des alternatives végétales et/ou biodégradables aux bouteilles en plastique ou aux divers déchets que nous-mêmes produisons, les consommables étant encore trop souvent à usage unique.

La formation des plus jeunes doit changer et s’adapter aux demandes d’aujourd’hui. L’attractivité du métier est à retrouver, cela passe aussi par une revalorisation de notre savoir-faire longtemps mis à mal par la multiplication des tutoriels dans lesquels tout semble si simple et des publicitaires qui promettent des résultats merveilleux à la maison. Faire rêver et communiquer autour de nos différences et de notre professionnalisme me paraissent être essentiels pour rendre à la coiffure la place qu’elle mérite, et ainsi donner l’envie aux plus jeunes d’intégrer un cycle de formation.

Tous les coiffeurs sont remplaçables, mais rien ne remplacera un coiffeur.

Nos autres articles

Mina Raine, entreprise familiale de Limoges, fabrique des peignoirs pour les salons de coiffure du monde entier.

Mina Raine, entreprise familiale de Limoges, fabrique des peignoirs pour les salons de coiffure du monde entier.

Ce petit atelier de couture, en plein centre de Limoges, appartient à l’entreprise familiale Mina Raine. La seule entreprise française à fabriquer uniquement des peignoirs pour salons de coiffure. « On vend environ mille peignoirs par mois, pour un chiffre d’affaires de 400.000 euros par an », sourit David Robinson, directeur du développement dans l’entreprise. « 30 % de ces ventes sont destinées directement aux coiffeurs. Les 70 % restants sont livrés aux distributeurs. »

lire plus

VOTRE PANIER EST VIDE.